Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Le premier jour, Dieu créa les bisous, ils étaient doux et affectueux. Le deuxième jour, Dieu créa les caresses, elles étaient agréables et apaisantes. Le troisième jour, Dieu créa les rires, ils étaient joyeux et chaleureux. Le quatrième jour, Dieu créa les chatouilles, elles étaient rigolotes et surprenantes. Le cinquième jour, Dieu créa les comptines, elles étaient communicatives et amusantes. Le sixième jour, Dieu créa les pleurs, les cris, les caprices, les bêtises, les coups de pieds…

Le sixième jour, vous savez, c’est ce jour où vous n’avez pas la forme, où vous avez mal à la tête, que vous avez sommeil ou que votre chienne vous a réveillé à 4h du matin – merci Dolly mini Ouaf ouaf – et que vous vous dites que, pour une fois, vous allez faire une sieste en même temps que votre petite bouille d’amour.Mais là, bébé sent qu’il y a un truc bizarre, comme si on voulait le piéger et il décide de ne pas se laisser faire si facilement.

Tandis que vos yeux se ferment et que vous avancez en mode zombie, ceux de votre progéniture, eux, s’ouvrent en grand et vous provoquent sans ciller. Nénette mini Princesse se transforme alors en Nénette la Râleuse, la Pleureuse, la Chouineuse, la Cascadeuse, pour me faire tourner en bourrique. Quand le tout nouveau « Mamamamaman » vient s’y ajouter, les choses se compliquent. Ce « bébé » – car c’est encore ce qu’il est – de 63 cm vous tient comme une marionnette alors que vous faites un mètre de plus que lui… Cherchez l’erreur.

En fait, son altesse Nénette n’est pas bête, elle sent bien que j’essaye de me débarrasser d’elle, du coup, elle exerce son pouvoir royal pour me montrer qu’on ne la traite pas comme une princesse de pacotille. Elle a bien raison en somme car sans plaisanter, je pense que les bébés ressentent l’humeur dans laquelle nous sommes et nous renvoient notre propre reflet en pleine figure et ce n’est pas toujours joli.

Dans ces cas là, mes solutions :

1/ Sourire. Déjà, l’atmosphère change.

2/ Attendre que ce soit vraiment le moment de la sieste. Ne pas lui dire : « Oh, c’est un bébé qui a sommeil » et le mettre au lit alors qu’en fait, c’est vous qui avez sommeil.

3/ Prendre la poussette et sortir. Au moins, vous pouvez reposer votre cerveau.

Mais parfois, on est tellement fatigué – comme aujourd’hui, ne cherchez pas bien loin mon inspiration – qu’on en oublie les solutions de sauvetages et on bénit son lit le soir… Oui, il y a bien un jour de trop dans l’agenda des mamans, ce sixième jour où bébé et maman ne sont pas du tout d’accord sur le programme de la journée. Heureusement, le septième jour, Dieu créa l’amour qui fait tout oublier mais aussi, les siestes, le silence, le repos et le papa pour prendre le relais. Alors, vous aussi vous connaissez ce jour de trop ? Quelles sont vos solutions de sauvetage ?

Rendez-vous sur Hellocoton !
Ce jour de trop dans la semaine d’une maman

Illustration : Eugénie Varone www.eugenievarone.com

Tag(s) : #Dans notre vie
macaron-redactrices-rose-300px Suivez-moi sur Hellocoton